top of page

Modèles de sébocytes humains et acné

Introduction aux Sébocytes

Les sébocytes sont les principales cellules des glandes sébacées. Ces glandes sont localisées dans le derme, mais appartiennent à l'épiderme et sont généralement associées à un follicule pileux. Elles consistent en un compartiment sécrétoire composé de structures en forme de baies, les acini, reliées à un canal excréteur commun. Le sébum, produit de l'activité des sébocytes, est sécrété à la surface de la peau par ce canal.



Le sébum contribue à maintenir la lubrification de la peau et à la protéger contre la perte d'eau, tout en présentant des propriétés antioxydantes et antimicrobiennes. Les perturbations de la production et de la qualité du sébum sont impliquées dans la pathogenèse de diverses maladies de la peau, dont la plus importante est l'acné vulgaire. On estime que l'acné touche environ 85 % des adolescents dans le monde et 10 à 40 % des adultes selon le groupe d'âge et le sexe. En raison de ses effets marqués sur la peau et le visage, l'acné peut avoir un impact profond sur la qualité de vie et le bien-être


Causes de l'acné

Au fil des années, de multiples causes ont été identifiées pour le développement de l'acné, parmi lesquelles une production excessive de sébum (Makrantonaki, Ganceviciene, & Zouboulis, 2011). Des causes à la fois génétiques et environnementales peuvent être responsables de la surproduction de sébum, conduisant à l'acné (Figure 1).

Figure 1. Vue d'ensemble des différents facteurs responsables de la production excessive de sébum et du développement de l'acné


Ce type de cellule a été largement étudié au cours des dernières décennies, grâce à l'utilisation de différents modèles cellulaires (Xia, Zouboulis, & Ju, 2009). Au début des années 1980, les sébocytes préputiaux de rat ont été utilisés pour la première fois. Cependant, l'acné est une maladie humaine, et la composition du sébum est spécifique à chaque espèce. Des cultures primaires de sébocytes humains ont été progressivement établies, mais la technique est difficile et donne une quantité limitée de cellules. À la fin des années 1990, plusieurs lignées cellulaires immortalisées de sébocytes humains ont été dérivées : ces cellules ont permis des avancées importantes dans la compréhension de la biologie des sébocytes. Cependant, elles ne répondaient généralement pas à la stimulation androgénique et, surtout, elles présentaient des caryotypes anormaux.


Un modèle pour tester un traitement contre l'acné.

Phenocell a développé des protocoles innovants pour la production de sébocytes à partir de cellules souches pluripotentes induites (iPSC) humaines. Les sébocytes dérivés des iPSC récapitulent les principales réponses fonctionnelles, notamment à l'induction androgénique, tout en présentant un caryotype normal. De plus, grâce à la technologie hiPSC, ils sont disponibles en quantité illimitée et proviennent d'un éventail de donneurs ethniques (caucasiens, asiatiques et africains). Il est intéressant de noter que les sébocytes dérivés d'iPSC d'origine africaine produisent significativement plus de lipides que leurs homologues caucasiens et asiatiques (Figure 2). Ces résultats sont en accord avec les données in vivo qui montrent des niveaux de lipides plus élevés dans la peau d'origine africaine (Pappas, Fantasia, & Chen, 2013). Ils suggèrent qu'il pourrait être possible de modéliser les différences ethniques liées à la production de lipides cutanés in vitro en utilisant des sébocytes dérivés de hiPSC.


Figure 2. Quantification du niveau de lipides dans les sébocytes dérivés des hiPSC provenant de différents donneurs ethniques


Conclusion

En conclusion, si les sébocytes présentent un intérêt majeur pour les études portant sur la séborrhée et l'acné, la recherche dans ces domaines a été limitée par le manque de modèles cellulaires disponibles en grande quantité et présentant des propriétés fonctionnelles complètes.


Les sébocytes dérivés des iPSC représentent un modèle in vitro facilement accessible et fidèle, qui peut également être pertinent pour l'étude des différences ethniques dans la physiologie de la peau..


Références

- Makrantonaki, E., Ganceviciene, R., & Zouboulis, C. (2011). An update on the role of the sebaceous gland in the pathogenesis of acne. Dermatoendocrinol, 3(1), 41-49. doi:10.4161/derm.3.1.13900


- Pappas, A., Fantasia, J., & Chen, T. (2013). Age and ethnic variations in sebaceous lipids. Dermatoendocrinol, 5(2), 319-324. doi:10.4161/derm.25366


- Xia, L., Zouboulis, C. C., & Ju, Q. (2009). Culture of human sebocytes in vitro. Dermatoendocrinol, 1(2), 92-95.

123 vues

© 2023 par Nom du site. Fièrement créé avec Wix.com

bottom of page